Chroniques.

Si je reste.

Couverture Si je reste

Si je reste. |  Gayle Forman.

ʝ’avais lu plusieurs chroniques de ce Livre et je dois avouer qu’il me tenté beaucoup, voir énormément. C’est donc sans aucunes craintes que je m’y suis mise. Il s’avère finalement à une lecture sympathique mais sans plus, ce serai même une petite déception. J’ai étais déçue par certains points du récit et ce dernier ne m’a pas captivé comme je m’y attendai. Il y a tout de même eu des passages qui m’ont touché. En plus de ça, on ne se sent pas très proche du personnage principal, qu’est Mia. Je vais tâcher de vous expliquer tout cela.

 » Dans la vie, il faut parfois faire des choix, et parfois ce sont les choix qui te font. »

Mia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis, vient l’accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes : d’abord, elle entend tout ce qu’on dit autour de son lit d’hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C’est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans.

Pour commencer, il est indiqué dans le résumé que Mia entend ce qui se dit autour de son lit d’hôpital et qu’elle trouve ça stupéfiant. En fait, juste après l’accident, elle revient sous une sorte de forme de fantôme, donc elle voit et entend ce que l’on dit, mais en aucun cas elle ne se trouve dans son lit d’hôpital car elle (la Mia « Fantôme ») peut se déplacer à sa guise, suivre les gens et les écouter. Je m’attendai aussi à ce qu’elle surprenne des conversations qui lui revelerait des choses sur sa famille, des secrets. Mais bien sûr c’était une idée toute faite et ce n’est pas la faute de l’auteure si j’ai mal interprété la Quatrième de couverture. Voici ma première déception. Je ne sais pas si la façon d’on j’ai expliqué ce détail est très claire, si ce n’est pas le cas, je m’en excuse.

Il y a une certaine distance entre les personnages et le lecteur. Sans doute à cause du fait que le livre soit court et que l’auteure ne nous donne pas les moyens de nous attacher vraiment aux personnages. C’est l’autre point négatif de ma lecture. Malgré tout ça, il y a aussi de très bonnes idées, dont le fait que ce soit Mia qui décide si elle reste ou si elle part. J’ai aussi beaucoup aimé le fait que l’auteure navigue entre les souvenirs de Mia et de ce qui se passe dans les services de l’hôpital. La transaction entre les deux se fait facilement et on découvre pleins de facettes de ses parents, de ses passions, etc.

Il s’agit donc d’une lecture assez décevante pour moi mais avec certains passages qui m’ont plu. J’ai aussi remarqué que les avis étaient très partagés, je vous conseil donc de lire ce livre pour vous faire un avis par vous même.

_ _ _ _ _ _

Info’s en plus → Livre traduit de l’Anglais par Marie-France Girod aux éditions Pocket. Deux-Cent Vingt pages. Le deuxième Tome est sortie sous le titre de Là où j’irai. Adam, le petit ami de Mia, est le narrateur de ce Second Tome.

Les chemins de Poussière.

Couverture Les Chemins de poussière, tome 1 : Saba, Ange de la mort

Les chemins de Poussière, Tome Un. | Moira Young.

ßon, j’avais souvent entendus parler de ce livre et de son style si particulier. C’est donc avec une pointe appréhension que je me suis décidée à le retirer à la médiathèque. Autant vous dire tout de suite que cet ouvrage nous fait comprendre le sens du mot Coup de Cœur. Oui, parce que c’est très loin d’être une déception. Comme je l’ai dis plus haut, j’avais un peu peur de le commencer mais dès que j’ai lu les premières pages, j’ai étais prise en haleine, au point de ne plus pouvoir lâcher le livre et de veiller tard le soir pour le terminer. Le style d’écriture de Moira Young fait tout son charme à l’histoire et je me suis sentie deux fois plus proche des personnages que dans un autre Livre. Certe, il faut un laps de temps pour s’habituer à l’écriture car elle nous sort vraiment de l’ordinaire et, c’est un peu gênant au début.

 » Jusque là, je savais pas. Je savais pas que tout peut aller bien à un instant et si mal au suivant, comme si l’instant d’avant avait été un rêve. « 

Saba vit dans un monde sans aucune loi. Elle habite avec son frère jumeau Lugh, son Pa’ et sa petite sœur Emmi pour qui elle voue une sorte de haine car ça Ma’ est décédée quand elle est venue au monde, et pour elle, Emmi est la seule responsable. Le jour ou Lugh est enlevé, elle n’hésite pas à se lancer à la poursuite des ravisseurs. Elle se retrouve alors plongé dans une quête peuplée de créature et de secrets. Saba va devoir apprendre à devenir une impitoyable guerrière et à faire face à ses sentiments pour réussir à retrouver Lugh.

Au tout début, je n’appréciai pas vraiment le personnage de Saba, elle paraissait un peu froide, mais peu à peu on s’y fait et on se rend compte que c’est une personne très attachante et courageuse qui va apprendre à aimer les gens, en particulier sa sœur. J’ai adoré voir les liens qui se créent entre elles au fil de l’histoire, et je dois dire qu’Emmi est devenue un de mes personnage préféré. Certains d’entre vous auront sans doutes envie de lui mettre des claques ou de la remettre à sa place, mais moi, c’est son côté téméraire qui m’a séduit.

L’une des choses que j’ai apprécié dans ce Roman, c’est la rencontre entre Jack et Saba, ils se lancent des piques continuellement et ne se supportent pas mais très vite on voit qu’ils sont attirés l’un par l’autre comme des aimants. On ne sait pas grand choses de Jack et c’est dans le Tome Deux qu’on en apprend plus sur lui et sur son passé.

L’auteure a glissé Un ou Deux passages Fantastiques dans le Livre et je trouve cela dommage car quand on commence la lecture, on ne s’attend pas du tout à ce genre d’écrits. Ces passages ne sont pas assez travaillés selon-moi et ne correspondent pas à l’univers mit en place dès le début du Bouquin. Mais, ils ne durent pas plus de quelques pages et ne gêne pas vraiment la fluidité de la lecture.

Pour finir, cette histoire se passe dans un futur proche, après que la terre est était Détruite par les Destructeurs, les Hommes actuels en l’occurence. On ne sait pas sur quel continent et dans quel pays vit Saba. Les seuls informations que nous ayons sont les paysages assez hostiles, montagnes, déserts, et tout ce qui va avec. Bref, en conclusion, l’univers et l’intrigue du Livre sont réellement captivants et les personnages, tous très différents avec leurs défauts et leurs qualités, m’ont énormément plus.

_ _ _ _ _ _

Info’s en Plus → Livre traduit de l’Anglais par Laetitia Devaux, aux éditions Gallimard Jeunesse. Trois-Cent Quarante-Neuf pages. Tome Deux paru en 2013, sous le titre de Sombre Eden. Tome Trois à paraître en Mai 2014, en Angleterre sous le tire de Dust Lands.

L’appel du Coucou.

Image

L’appel du Coucou. | Robert Galbraith.

ʝ’ai reçu ce livre pour mon anniversaire en Février et je m’y suis mise il y a un peu plus d’Une semaine. Robert Galbraith est le pseudonyme de J. K. Rowling, l’auteure de la Saga Harry Potter et d’Une place à prendre. Je n’ai pas reconnu le style qu’elle employait dans les aventures du Sorcier mais celui de ce Polar était tout de même très agréable et fluide. Ce livre n’est pas un coup de cœur pour Moi, mais il restera longtemps dans ma mémoire grâce à ses personnages attachants et très réalistes. C’est donc une très bonne lecture que je conseille aux adeptes d’intrigues policières.

Une nuit d’hiver, dans un quartier chic de Londres, le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée. Suicide. Affaire classée. Jusqu’au jour où l’avocat John Bristrow, frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike. Strike est au bout du rouleau : Ex-lieutenant dans l’armée, il a perdu une jambe en Afghanistan, sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée un naufrage. Aidé par une jeune recrue intérimaire virtuose de l’Internet, Strike est chargé d’enquêter sur la mort de Lula. De boîtes de nuit branchées en hôtels pour rock-stars assaillies par les paparazzi, en passant par un centre de désintoxication et le manoir où se meurt la mère adoptive de Lula, Strike va passer de l’autre côté du miroir glamour de la mode, dont les reflets chatoyants dissimulent un gouffre de secrets, de trahisons, de manœuvres inspirées par la vengeance.

L’histoire commence assez rapidement et l’on fait quasiment tout de suite connaissance avec les personnages principaux. Strike est un personnage atypique, bourru, abandonné et grincheux. C’est tout au moins ce qu’il laisse paraître. Durant notre lecture, on découvre d’où viennent tous ses traits de caractères. Avant de devenir détective, il était militaire et il a perdu une partie de sa jambe. Ça, seuls ses amis proches le savent. Il est parfois un peu vantard mais au fond, vraiment très attachant.

Quant à Robin, sa secrétaire intérimaire, j’ai eu plus de mal à m’y habituer, car elle est quelque peu plus banale. Elle est volontaire et fait tout pour que Strike la complimente, car son rêve d’enfance est de devenir détective privé. Elle prend donc beaucoup d’initiative, très souvent réussies, et reste discrète sur les problèmes d’argent et de domicile de Strike. Au tout début, ils ont du mal à s’habituer l’un à l’autre car leur première rencontre à était un peu particulière.

L’enquête est assez longue car il y a beaucoup d’interrogatoires, c’est un des points négatif du livre selon Moi. Strike interroge le petit ami de Lula, son chauffeur en passant par sa mère biologique. Il y a un fort contraste entre tous ses personnages car beaucoup on énormément d’argent et d’autres à peine de quoi vivre convenablement. Quand j’ai refermé ce livre, je me suis rendue compte qu’il m’avait ouvert les yeux sur certaines réalités et injustices de la vie.

Malgré une longue enquête, ce Bouquin à un super dénouement qui m’a beaucoup surpris. [Attention, à ne lire qui si vous avez lu le Livre.] Et oui, étant donné que c’est le frère de Lula Landry, John Bistrow qui vient demander à rouvrir l’enquête, on ne s’attend pas du tout à ce que Strike l’accuse, cette fin m’a un peu fait penser aux dénouements d’Agatha Christie, où l’on ne s’attend jamais à ce que l’assassin soit celui qui est l’air le moins coupables. |

Bref, je ne suis pas passée loin du coup de cœur et j’attends avec impatience le Second Volet de la Série qui sort le Dix-Neuf Juin prochain en Angleterre, donc un peu plus tard pour Nous.

_ _ _ _ _ _

Info’s en Plus → Livre traduit de l’Anglais par François Rosso, aux éditions Grasset. Nombre de pages assez importants, Cinq-Cent Soixante-Seize. Comme je l’ai dis plus haut, on retrouve un petit côté à la Agatha Christie, alors, si vous êtes Fan, laissez vous tenter. En vous remerciant d’avoir pris la peine de lire cette première chronique et en vous souhaitant une bonne journée.